Les quatre priorités du Bloc Québécois

Discours du Trône

Rivière-des-Mille-Îles, le 23 septembre 2020 – Luc Desilets, député de Rivière-des-Mille-Îles, confirme et réitère les quatre priorités qui doivent faire partie du discours du Trône : la hausse des transferts en santé, l’augmentation durable de l’aide aux aînés, la protection des juridictions du Québec et les compensations aux producteurs sous la gestion de l’offre.

« En termes de qualifications et de juridictions, la santé est une compétence exclusive du Québec et des provinces. Québec sait où doit aller l’argent. Les Québécoises et les Québécois font d’ailleurs davantage confiance au gouvernement du Québec qu’au fédéral pour gérer la crise. C’est pourquoi nous réclamons, comme Québec et les provinces, un rattrapage immédiat de 28 milliards des transferts en santé, une indexation annuelle de 6 % et une participation fédérale de 35 % », maintient Luc Desilets.

Depuis le début de la pandémie, le gouvernement Trudeau impose ses mesures sans tenir compte des juridictions du Québec. « Ottawa doit respecter ses engagements et s’abstenir de nous dicter comment répartir les fonds », signale Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois.

Aide aux aînés et aux producteurs agricoles

Les ainés sont parmi les grands laissés-pour-compte depuis le début de la pandémie. Le Bloc Québécois demande d’augmenter de façon permanente le soutien aux aînés de 110 $ par mois dès 65 ans.

Les producteurs agricoles sont aussi des oubliés du gouvernement fédéral. « Les compensations promises pour avoir sacrifié la gestion de l’offre se font toujours attendre. Ottawa doit tenir parole et octroyer l’aide aux producteurs agricoles », affirme le député.

« Nos quatre priorités doivent être considérées par Ottawa dans le discours du Trône. Le premier ministre doit savoir que nous ne lui donnerons pas “de chèque en blanc” pour gérer la crise et risquer d’autres We Charity, des 84 M$ au conjoint de sa cheffe de cabinet ou de partis qui pigent dans la subvention salariale », tient à rappeler Luc Desilets, tout en ajoutant que ces engagements et un plan global de sortie de crise doivent se faire dans un esprit de transition écologique et de développement durable.

Luc Desilets en force pour la rentrée parlementaire

Caucus estival du Bloc Québécois

Rivière-des-Mille-Îles, 24 août 2020 – De retour du caucus national du Bloc Québécois la semaine dernière à Bonaventure, en Gaspésie, le député de Rivière-des-Mille-Îles, Luc Desilets, est plus que prêt pour la prochaine session parlementaire.

Les retrouvailles des 32 député-e-s bloquistes ont été chaleureuses, n’ayant pas eu de rencontre en présentiel depuis le mois de mars dernier. « J’ai eu le grand plaisir de pouvoir retrouver mes collègues et échanger de vive voix avec eux. Nous avons attendu avant de faire cette rencontre que les règles sanitaires s’assouplissent », a mentionné le député Desilets.

Lors du caucus bloquiste, des priorités ont été établies en vue du retour à la Chambre des communes, ayant comme objectif de stimuler la relance économique post-COVID dans une perspective de développement régional. Parmi ces priorités, l’augmentation des transferts fédéraux en santé et la bonification du supplément de revenus pour les aînés moins nantis font partie des objectifs prioritaires, selon Luc Desilets. Auxquels s’ajoutent les incitatifs au retour à l’emploi lié à la PCU qui devront être surveillée de près, puisque les effets négatifs de l’indemnité fédérale, telle que le manque de main-d’œuvre, se font réellement sentir dans la circonscription.

Évidemment, le scandale de WE Charity demeure un dossier éthique majeur puisque nous nous attendons à ce que le gouvernement réponde à nos questions, notamment sur le rapatriement de la part québécoise des 900 millions qui aurait dû être gérés par l’organisme UNIS avant que n’éclate la controverse. À cela s’ajoute le deuxième paiement de compensation aux producteurs agricoles qui a été promis en échange des contrecoups du nouvel accord de libre-échange entre le Canada, le Mexique et les États-Unis.

« Il y a beaucoup de spéculations autour d’une éventuelle élection, mais notre premier travail est de servir le Québec et notamment ses régions dans le contexte de la COVID-19. Lorsque Justin Trudeau rappellera la Chambre le 23 septembre prochain, il sait déjà quoi faire pour éviter un scrutin en renforçant le pouvoir d’achat des aînés, en finançant une deuxième vague d’indemnisations pour nos producteurs sous la gestion de l’offre, en augmentant les transferts en santé, inclure un incitatif à l’emploi et en répondant à toutes les questions des citoyens sur le scandale WE Charity. L’éventualité d’une élection dépendra si Justin Trudeau se montre digne de confiance », a déclaré Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois.

« D’ici mon retour en Chambre à Ottawa, je continuerais d’aller à la rencontre de la population, des municipalités, des milieux économiques et communautaires de Rivière-des-Mille-Îles afin de préparer l’après-COVID-19 et de continuer à mieux cerner leurs besoins et leurs difficultés. À travers la pandémie et la crise au Parlement fédéral, ma grille d’analyse demeure la même : mettre de l’avant et appuyer ce qui est bon pour le Québec et Rivière-des-Mille-Îles. C’est à la fois simple et rigoureux! », a conclu Luc Desilets.