Appel aux artistes pour la carte de vœux du député

Rivière-des-Mille-Îles, 24 septembre 2020 – C’est avec enthousiasme que le député de Rivière-des-Mille-Îles, Luc Desilets, invite les résidents et les résidentes de la circonscription à participer à son appel aux artistes afin de proposer la prochaine image de sa carte de vœux des fêtes et du Nouvel An, sous le thème « Une scène d’hiver du Québec ».

Cette recherche de talents est réservée aux artistes de 18 ans et plus, résidant sur le territoire de la circonscription soit des villes de Rosemère, Boisbriand, Saint-Eustache et Deux-Montagnes. L’objectif est d’encourager un talent d’ici et de lui donner une belle visibilité.

La création choisie sera acquise par M. Desilets, pour un montant forfaitaire, avec ses droits d’auteurs dans le but de figurer sur les cartes de vœux et du Nouvel An du député en version papier et en version virtuelle. La toile sera exposée au bureau de circonscription, en plus d’être placée dans une galerie virtuelle du député créée pour l’occasion sur son site Web, avec une photo de l’artiste et une courte biographie.

« Il y a tant de talents en art visuel dans la circonscription que je tenais non seulement à offrir une vitrine, mais également à soutenir l’un d’entre eux en faisant l’acquisition de l’œuvre choisie. Ce projet de cartes permettra de mettre en lumière le travail d’une ou d’un des nombreux artistes de Rivière-des-Mille-Îles », a souligné le député Luc Desilets.

Pour participer à cet appel aux artistes, votre œuvre doit suivre les règles suivantes :

  • Être une œuvre originale d’une dimension minimale de 15 X 22 pouces en format paysage ;
  • Être encadrée ou profil ;
  • Les médiums d’aquarelle, d’huile, d’acrylique et de technique mixte sont acceptés ;
  • La photo de l’œuvre devra, quant à elle, avoir un minimum de 300 ppp (ou dpi) et être en format JPEG, PNG ou TIF.

Les artistes sont donc invités à participer en remplissant le formulaire en ligne et en envoyant une photo de leur œuvre dont ils sont le propriétaire sur le site Web du député au lucdesilets.quebec, et ce, avant le 9 octobre 2020 à 17 h. La sélection finale s’effectuera par le député lui-même.

Les quatre priorités du Bloc Québécois

Discours du Trône

Rivière-des-Mille-Îles, le 23 septembre 2020 – Luc Desilets, député de Rivière-des-Mille-Îles, confirme et réitère les quatre priorités qui doivent faire partie du discours du Trône : la hausse des transferts en santé, l’augmentation durable de l’aide aux aînés, la protection des juridictions du Québec et les compensations aux producteurs sous la gestion de l’offre.

« En termes de qualifications et de juridictions, la santé est une compétence exclusive du Québec et des provinces. Québec sait où doit aller l’argent. Les Québécoises et les Québécois font d’ailleurs davantage confiance au gouvernement du Québec qu’au fédéral pour gérer la crise. C’est pourquoi nous réclamons, comme Québec et les provinces, un rattrapage immédiat de 28 milliards des transferts en santé, une indexation annuelle de 6 % et une participation fédérale de 35 % », maintient Luc Desilets.

Depuis le début de la pandémie, le gouvernement Trudeau impose ses mesures sans tenir compte des juridictions du Québec. « Ottawa doit respecter ses engagements et s’abstenir de nous dicter comment répartir les fonds », signale Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois.

Aide aux aînés et aux producteurs agricoles

Les ainés sont parmi les grands laissés-pour-compte depuis le début de la pandémie. Le Bloc Québécois demande d’augmenter de façon permanente le soutien aux aînés de 110 $ par mois dès 65 ans.

Les producteurs agricoles sont aussi des oubliés du gouvernement fédéral. « Les compensations promises pour avoir sacrifié la gestion de l’offre se font toujours attendre. Ottawa doit tenir parole et octroyer l’aide aux producteurs agricoles », affirme le député.

« Nos quatre priorités doivent être considérées par Ottawa dans le discours du Trône. Le premier ministre doit savoir que nous ne lui donnerons pas “de chèque en blanc” pour gérer la crise et risquer d’autres We Charity, des 84 M$ au conjoint de sa cheffe de cabinet ou de partis qui pigent dans la subvention salariale », tient à rappeler Luc Desilets, tout en ajoutant que ces engagements et un plan global de sortie de crise doivent se faire dans un esprit de transition écologique et de développement durable.

Luc Desilets salue le dénouement de l’impasse

Entente de principe sur le logement entre Québec et Ottawa

Rivière-des-Mille-Îles, 22 septembre 2020 – Luc Desilets, député de Rivière-des-Mille-Îles, se réjouit du dénouement de l’impasse entre Québec et Ottawa sur la question du logement abordable qui préoccupent de nombreux partenaires dans la circonscription.

En effet, la ministre québécoise des Affaires municipales et de l’Habitation, Mme Andrée Laforest, a publié jeudi soir dernier, la bonne nouvelle, indiquant qu’une entente de principe est intervenue entre Québec et Ottawa sur la Stratégie nationale sur le logement (SNL).

« Ce sont environ 1,8 G$ qui pourront enfin sortir des coffres du gouvernement fédéral où ils dormaient depuis trop longtemps. Ainsi, Québec pourra recevoir sa part des fonds de la Stratégie », déclare M. Desilets.

Cela fait plus de trois ans que les montants sont ainsi pris en otage lorsque l’on sait que les besoins en logement sont criants, encore plus dans le contexte actuel de pandémie. Au Québec, rappelons que ce sont près de 300 000 ménages locataires qui ont des besoins impérieux de logements.

« Lorsque je rencontre des partenaires dans Rivière-des-Mille-Îles s’occupant autant des offices d’habitation que des populations les plus vulnérables, ils indiquent que la situation s’est empirée avec la pandémie et que la pénurie de logements abordables, qui était importante avant, ne fait que précariser davantage la situation des populations touchées. Cela se traduit par une augmentation marquée du stress, de l’anxiété et même de l’itinérance », conclut Luc Desilets.

Luc Desilets testé négatif à la COVID-19

Rivière-des-Mille-Îles, 21 septembre 2020 – Luc Desilets, député de Rivière-des-Mille-Îles, a été testé négatif à la COVID-19.

Présent au caucus du Bloc Québécois le 8 septembre dernier, Luc Desilets s’est placé en isolement préventif et a été testé dans les derniers jours. Bien qu’il ait reçu un résultat négatif, Luc Desilets restera en isolement préventif jusqu’au 22 septembre conformément aux instructions de la Santé publique du Québec.

Luc Desilets rappelle l’importance des mesures de distanciation, du port du masque et du lavage des mains et invite les Québécoises et les Québécois à suivre les instructions du gouvernement du Québec s’ils présentent des symptômes ou s’ils ont été en contact étroit avec une personne affectée.

Luc Desilets en force pour la rentrée parlementaire

Caucus estival du Bloc Québécois

Rivière-des-Mille-Îles, 24 août 2020 – De retour du caucus national du Bloc Québécois la semaine dernière à Bonaventure, en Gaspésie, le député de Rivière-des-Mille-Îles, Luc Desilets, est plus que prêt pour la prochaine session parlementaire.

Les retrouvailles des 32 député-e-s bloquistes ont été chaleureuses, n’ayant pas eu de rencontre en présentiel depuis le mois de mars dernier. « J’ai eu le grand plaisir de pouvoir retrouver mes collègues et échanger de vive voix avec eux. Nous avons attendu avant de faire cette rencontre que les règles sanitaires s’assouplissent », a mentionné le député Desilets.

Lors du caucus bloquiste, des priorités ont été établies en vue du retour à la Chambre des communes, ayant comme objectif de stimuler la relance économique post-COVID dans une perspective de développement régional. Parmi ces priorités, l’augmentation des transferts fédéraux en santé et la bonification du supplément de revenus pour les aînés moins nantis font partie des objectifs prioritaires, selon Luc Desilets. Auxquels s’ajoutent les incitatifs au retour à l’emploi lié à la PCU qui devront être surveillée de près, puisque les effets négatifs de l’indemnité fédérale, telle que le manque de main-d’œuvre, se font réellement sentir dans la circonscription.

Évidemment, le scandale de WE Charity demeure un dossier éthique majeur puisque nous nous attendons à ce que le gouvernement réponde à nos questions, notamment sur le rapatriement de la part québécoise des 900 millions qui aurait dû être gérés par l’organisme UNIS avant que n’éclate la controverse. À cela s’ajoute le deuxième paiement de compensation aux producteurs agricoles qui a été promis en échange des contrecoups du nouvel accord de libre-échange entre le Canada, le Mexique et les États-Unis.

« Il y a beaucoup de spéculations autour d’une éventuelle élection, mais notre premier travail est de servir le Québec et notamment ses régions dans le contexte de la COVID-19. Lorsque Justin Trudeau rappellera la Chambre le 23 septembre prochain, il sait déjà quoi faire pour éviter un scrutin en renforçant le pouvoir d’achat des aînés, en finançant une deuxième vague d’indemnisations pour nos producteurs sous la gestion de l’offre, en augmentant les transferts en santé, inclure un incitatif à l’emploi et en répondant à toutes les questions des citoyens sur le scandale WE Charity. L’éventualité d’une élection dépendra si Justin Trudeau se montre digne de confiance », a déclaré Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois.

« D’ici mon retour en Chambre à Ottawa, je continuerais d’aller à la rencontre de la population, des municipalités, des milieux économiques et communautaires de Rivière-des-Mille-Îles afin de préparer l’après-COVID-19 et de continuer à mieux cerner leurs besoins et leurs difficultés. À travers la pandémie et la crise au Parlement fédéral, ma grille d’analyse demeure la même : mettre de l’avant et appuyer ce qui est bon pour le Québec et Rivière-des-Mille-Îles. C’est à la fois simple et rigoureux! », a conclu Luc Desilets.

WE Charity au Québec : Le contrat octroyé contre l’avis des fonctionnaires

Basses-Laurentides, 20 août 2020 – Rhéal Fortin, porte-parole du Bloc Québécois en matière de Justice, Louise Chabot, députée de Thérèse-De Blainville, Luc Desilets, député de Rivière-des-Mille-Îles et Simon Marcil, député de Mirabel, ont dénoncé l’octroi du programme de bourse canadienne pour le bénévolat à WE Charity par le gouvernement alors qu’il avait été averti par les fonctionnaires, dans une note de service, que l’organisme n’avait pas les capacités de livrer des services au Québec.

« Les ministres libéraux ont choisi de donner le contrat à WE tout en sachant que de l’avis même des fonctionnaires, l’organisme n’a pas la présence requise au Québec pour livrer la marchandise et que le réseau communautaire déjà existant chez nous était mieux outillé pour le faire. Cette nouvelle révélation prouve que non seulement les libéraux n’ont pas fait leurs devoirs avant d’octroyer le contrat sans appel d’offres à WE, ils sont même intervenus en faveur de WE contre l’avis des experts, le tout dans un champ de compétence exclusif du Québec », a dénoncé M. Fortin.

M. Fortin a découvert, dans la série de documents réclamée par le Comité permanent des finances obtenue hier, que les fonctionnaires d’Emploi et Développement social Canada avaient appris à la ministre Bardish Chagger que selon leur expertise, WE Charity n’avait pas les moyens d’offrir ses services au Québec. Pourtant, l’entourage de la ministre a plutôt choisi de vanter l’implantation de WE au Québec et son travail en français.

Dans une note à l’intention de la ministre, en page 55, la recommandation des fonctionnaires est sans équivoque : « À ma connaissance, UNIS et l’Organisme UNIS ne sont pas particulièrement connus au Québec. (…) Par ailleurs, le Québec possède déjà un vaste et solide réseau d’organismes communautaires qui travaillent ensemble et se connaissent très bien, je dirais. Si je jette un coup d’œil sur https://www.wecharity.org/, je ne vois aucun mot ni aucune page en français. Peu d’indices portent à croire que l’Organisme UNIS est bien ancré dans la province. À la lumière de tout cela, je crains qu’une collaboration avec l’Organisme UNIS soit sous-optimale au Québec, tant sur le plan de l’image que de l’influence ».

Pourtant, au niveau politique, la suggestion faite à la ministre a plutôt été de défendre l’implantation de WE Charity au Québec. « L’Organisme UNIS a une forte présence au Québec et y offre des programmes de langue française. Elle y a établi des partenariats éducatifs avec neuf commissions scolaires de la province. L’exigence d’offrir du soutien dans le cadre de ces programmes fera partie de l’entente de contribution. »

« Justin Trudeau ne s’en tirera pas si facilement. Il devra expliquer aux Québécois pourquoi les libéraux sont intervenus personnellement en faveur de WE Charity contre la recommandation des fonctionnaires », a déclaré Louise Chabot, députée de Thérèse-De Blainville.

« Ce programme de bourses au bénévolat semble avoir été conçu pour avantager un organisme proche des libéraux plutôt que pour aider nos étudiants à travers la COVID-19 », a conclu Luc Desilets, député de Rivière-des-Mille-Îles.

Emplois été Canada : déception et confusion

Rivière-des-Mille-Îles, le 16 juillet 2020 — La circonscription de Rivière-des-Mille-Îles n’a malheureusement pas échappé au désordre de l’édition 2020 du programme Emplois d’été Canada. Ce sont près de 772 000 $ qui ont été distribués au compte-gouttes en pas moins de huit vagues successives d’attribution des réponses.

« Le bureau a reçu des confirmations de montants jusqu’au milieu du mois de juillet. Cela a laissé les organismes dans l’incertitude pour des emplois qui viennent en aide à ces mêmes organismes et qui en ont grandement besoin ! », mentionne le député Luc Desilets.

Malgré cela, le député a réussi à aller chercher 65 730 $ de plus que l’an passé pour le programme Emplois d’été Canada et a permis de créer 192 emplois dans 59 organismes de la circonscription. Des postes qui s’adressent à des jeunes de 15 à 30 ans qui ne sont pas nécessairement aux études; une nouveauté cette année. Toutefois, de nombreux obstacles sont venus ralentir l’attribution des emplois dans la région et leur mise en œuvre. Si le programme a été plus difficile à gérer qu’à son habitude, ce sont les organismes bénéficiaires qui ont dû faire face à son imprévisibilité.

L’élargissement de programme avec la COVID-19 est une bonne chose, cependant le financement n’a pas nécessairement suivi ce qui revient à dire « faites plus avec moins », ce qui a pénalisé certains des organismes de la circonscription.

De plus, la gestion chaotique du programme a causé plusieurs conséquences, dont la perte de précieuses journées, afin de procéder à l’embauche des jeunes et plusieurs projets sont restés en attente ou ont été annulés.

« Le programme est essentiel pour les organismes et les citoyens de Rivière-des-Mille-Îles. De nombreux autres députés ont eu le même problème que nous, ça ne fait pas de sens ! Nous sommes prêts à retourner en Chambre pour revoir le programme », a conclu M. Desilets.

Le député Luc Desilets entreprend une tournée d’été

« Ça fait du bien de s’voir dans Rivière-des-Mille-Îles »
Chez COBAMIL, en compagnie de Raphaël Goulet, directeur général et Denise Cloutier, présidente. 

Rivière-des-Mille-Îles, le 9 juillet 2020 — Le député de Rivière-des-Mille-Îles, Luc Desilets, poursuivra pendant la période estivale ses rencontres des entreprises et des organismes de la circonscription entrepris en mars dernier, avant la pandémie.  

« Après des semaines d’isolement et de nombreuses rencontres virtuelles, je suis heureux de pouvoir sillonner la circonscription de nouveau pour aller à la rencontre des citoyens et des entreprises de Boisbriand, de Deux-Montagnes, de Rosemère et de Saint-Eustache. Nous avons de grands employeurs dans Rivière-des-Mille-Îles et il m’apparait important de les rencontrer afin de m’imprégner du portrait réel de la situation actuelle », souligne le député Luc Desilets.  

Amorcée dès le début du mois de juillet, la tournée d’été du député permettra la rencontre de différents acteurs économiques et communautaires sous le thème : « Ça fait du bien de s’voir dans Rivière-des-Mille-Îles ».

Lors de ces visites, l’objectif sera de prendre leurs pouls face à cette période particulière. Luc Desilets en profitera pour valider l’efficacité et l’utilité des programmes offerts par le gouvernement fédéral pour soutenir les entreprises et les organismes sur notre territoire. Ce sera également l’occasion de s’enquérir de leur relance économique et de voir de quelle façon le Bloc Québécois et le bureau de circonscription de Rivière-des-Mille-Îles pourrait les soutenir.  

« Ça sera l’occasion de discuter avec les différents dirigeants des entreprises et organismes de la région. Ce sera encore une fois, une façon de constater le dynamisme de la région sur le terrain et d’échanger sur les enjeux qui sont actuellement vécus afin d’être la voix de leurs préoccupations et de leurs solutions à Ottawa », a conclu M. Desilets.

Un bilan de session costaud et historique pour le député Luc Desilets

Rivières-des-Mille-Îles, le 2 juillet 2020 — Le député de la circonscription, Luc Desilets, dresse un bilan positif avec le Bloc Québécois, au terme d’une session parlementaire historique marquée par la COVID-19.

« Je suis fier du travail accompli et de l’aide apportée à la population par mon équipe. Nous avons été et demeurons plus présents que jamais sur le terrain pour soutenir et accompagner les citoyens durant cette période exceptionnelle. Nous remercions d’ailleurs tous les citoyen-ne-s de la circonscription pour leur courage, leur résilience et leur solidarité », s’exprime Luc Desilets.

Réalisations pour Rivière-des-Mille-Îles

La situation a demandé une grande mobilisation des ressources afin d’apporter tout le soutien nécessaire à la population de la circonscription. Le bureau a répondu à plusieurs demandes par  :

  • une présence 7 jours sur 7 pendant la crise ;
  • mobilisation de toute l’équipe pour répondre aux nombreuses demandes des citoyens ;
  • soutien immédiat dès les débuts de la crise de la COVID-19, par de l’accompagnement des citoyens dans leurs questionnements ou leurs dossiers ;
  • offre d’une information continue par nos canaux de communications traditionnels et par nos réseaux sociaux aux organismes.

L’implication du député de Rivière-des-Mille-Îles s’est aussi faite par de nombreuses présences virtuelles, notamment avec les partenaires économiques et communautaires de la région, ainsi que des investissements financiers, sous forme de publicité et à titre personnel auprès des organismes communautaires.

Finalement, la session a aussi été teintée par l’obtention de la certification carboneutre pour les activités de l’ensemble du bureau de circonscription et par la nomination de Luc Desilets à titre de membre associé sur le comité permanent de la santé. Il s’agissait là d’une occasion pour poser plusieurs questions à des spécialistes de la santé sur l’actuelle pandémie.

Cette tâche s’ajoutait à celle de vice-président du comité permanent des anciens combattants. Rappelons que le député a demandé, à la Chambre des communes, un plan « d’effort de guerre » administratif pour nos anciens combattants, déjà fortement affectés, par la lenteur administrative, et qu’ils étaient maintenant affectés par l’arrêt complet des analyses des dossiers depuis le début de la pandémie de la COVID-19.

Réalisations du Bloc Québécois

Parmi les réalisations du Bloc Québécois, avant la pandémie, notons :

  • l’adoption d’une motion pour la bonification des prestations de maladie de l’assurance-emploi pour soutenir les personnes aux prises avec une maladie grave ;
  • la négociation pour la protection de l’aluminium du Québec ;
  • la réclamation pour l’abandon du projet de mine de sables bitumineux Teck Frontier ;
  • l’insistance du Bloc à régler le conflit avec la nation Wet’suwet’en avec le démantèlement pacifique des barrages ferroviaires.

Plusieurs gains ont également été faits pendant la pandémie tels que :

  • demande de la fermeture des frontières canadiennes ;
  • création d’une cellule de crise pour rapatrier les Québécoises et les Québécois pris à l’étranger afin de répondre aux questions des citoyens et entreprises alors que Service Canada fermait ses bureaux partout sur le territoire ;
  • mener le combat pour un soutien financier aux aînés ;
  • exiger le maintien des militaires dans les CHSLD tant que leur travail demeurait nécessaire ;
  • obtention de nombreuses modifications à la PCU pour qu’elle protège plus de gens qui en ont besoin et qu’elle soit plus incitative au travail ;
  • intervention pour nos entreprises pour l’élargissement de l’accès aux programmes de subvention salariale et du compte d’urgence pour les entreprises.

« Nous sommes présents pour le Québec et nous allons continuer ! Nous avons mis la population et les entrepreneurs au cœur de nos actions et de nos revendications. Nous avons collaboré avec le gouvernement lorsqu’il le fallait, dans les intérêts des Québécoises et des Québécois. Manifestement, nous continuerons de faire des propositions constructives et concrètes afin d’aider les citoyen-ne-s et les entreprises de chez nous », conclut Luc Desilets, député de Rivière-des-Mille-Îles.

Les transferts en santé pour le Québec pris en otage par Ottawa

Rivière-des-Mille-Îles, le 10 juin 2020 – Le Bloc Québécois joint sa voix à celle des 125 élus de l’Assemblée nationale, dont Luc Desilets, député de la circonscription Rivière-des-Mille-Îles, afin d’exiger que le gouvernement fédéral augmente les transferts en santé dès maintenant.

« Ottawa prend des sommes qui appartiennent au Québec, les retient et va même jusqu’à imposer des conditions. En diminuant sa part des transferts de 50 % à 23 %, il contribue directement au sous-financement du réseau de la santé. C’est urgent, le gouvernement doit redonner l’argent qui appartient aux Québécois, dès maintenant. Si nous avions obtenu notre juste part des transferts, nous aurions certainement pu éviter des situations dramatiques dans les dernières semaines », déclare Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois.

Rappelons que les élus québécois ont adopté le 4 juin dernier une motion à l’unanimité afin d’exiger que les transferts fédéraux en santé soient augmentés annuellement d’au moins 6 % dès cette année, sans condition.

« Le contexte de pandémie révèle davantage l’immense pression sur notre réseau de santé. L’appel des militaires dans nos CHSLD pour venir en aide aux travailleurs en démontre toute la gravité et surtout l’urgence. Les besoins sont criants dans notre région, encore plus aujourd’hui », ajoute Luc Desilets, député de la circonscription Rivière-des-Mille-Îles.

Rappelons que dans les années 90, le gouvernement a décidé de construire son équilibre budgétaire en coupant dans les transferts aux provinces et au Québec. Or, le fédéral a l’obligation inconditionnelle de transférer ces sommes au gouvernement du Québec afin que celui-ci puisse remplir ses propres et exclusives responsabilités à l’endroit des gens qui bénéficient du système de santé.

« Aujourd’hui, tous les des député-e-s de l’Assemblée nationale, de toutes les régions et de toutes orientations politiques, disent qu’ils sont d’accord : c’est notre argent, vous devez nous le rendre parce que nous en avons besoin pour livrer les services qui sont de notre juridiction. Est-ce que le gouvernement canadien se considère supérieur et au-dessus d’un vote unanime de l’Assemblée nationale du Québec ? », conclut, le chef du Bloc Québécois.